Transformez votre expérience du volontariat en opportunité professionnelle

Transformez votre expérience du volontariat en opportunité professionnelle

15/07/2020

S’engager en tant que volontaire régulier c’est avoir l’occasion de soutenir sa communauté, rencontrer de nouvelles personnes et porter un regard neuf sur le monde. Mais le volontariat dans sa définition la plus large permet également aux jeunes diplômés d’en retirer un certain nombre de bénéfices, notamment en améliorant leur employabilité tout en augmentant leur valeur sur le marché du travail.

 

Développez vos compétences !

 

Une expérience en tant que bénévole au sein d’une organisation (association, ONG, amicale, fédération, etc.) peut s’avérer très efficace pour se former et peaufiner ses connaissances techniques. En organisant un événement ou en participant à un appel aux dons, ce sont les Project Managers de demain qui sont préparés aux responsabilités d’un travail à temps plein au sein d’une entreprise.

 

Recruter des bénévoles, vendre des produits (pin’s, gâteaux, t-shirts, etc.) pour lever des fonds ou tout simplement participer au recueil de dons, aiguise les sens du redoutable agent commercial caché en chacun d’entre nous.

 

Enfin, être en charge d’un groupe de bénévoles et gérer des actions de terrain met la lumière sur les compétences managériales et donne un aperçu du quotidien d’un cadre ou d’un chef d’équipe.

 

Opportunité de réseautage

 

Si le networking est le mantra des jeunes entrepreneurs et des lauréats fraîchement diplômés (et à la recherche d’emploi), une question se pose d’elle-même : Comment créer ou élargir son network (ou réseau professionnel) ?

 

Commencer par s’engager auprès d’une association ou d’un organisme à but non lucratif. Aux Etats-Unis par exemple, où la culture du volontariat est profondément enracinée, près de 40% des étudiants universitaires ont d’ores et déjà fait du volontariat. Ce qui leur permet de rencontrer une multitude de personnes intéressantes, de potentiels partenaires d’affaires, des professionnels, des mentors et dans certains cas des recruteurs.

 

Et dans un monde où de plus en plus d’entreprises deviennent responsables et développent leurs propres stratégies RSE, le besoin en termes de jeunes, aguerris par le travail social, n’a jamais été aussi important.

 

Combler certaines lacunes

 

La quête d’un chercheur d’emploi est tout simplement paradoxale. Il a besoin d’expérience pour être recruté et a besoin de travailler pour avoir de l’expérience. Avec le volontariat, le problème est résolu. Les associations acceptent tous les bénévoles, y compris les moins expérimentés, et plus ils montreront de signes d’assiduité, plus les recommandations afflueront.

 

Les lauréats des grandes écoles de commerce au Maroc (et les licenciés des universités marocaines) peinent à décrocher des entretiens d’embauche après la fin de leurs études. Une période d’attente (en chômage technique) de 12 à 18 mois s’en suit. Une période qui peut être exploitée pour faire le bien et enrichir son parcours académique et professionnel.

 

Un jeune bénévole arrive ainsi à séduire son recruteur en mentionnant sur son CV ses plus grandes réalisations, ses projets menés à bien et son degré élevé de motivation.